Le photovoltaïque : 3e place dans les énergies renouvelables mondiales

Selon un rapport publié par l’Association Européenne de l’Industrie Photovoltaïque (EPIA), le secteur connaît une nette croissance et se place en 3e position dans les énergies renouvelables du monde, malgré la crise économique qui touche les pays industrialisés.

Un secteur en pleine croissance

À la surprise générale, le rapport publié par l’Association Européenne de l’Industrie Photovoltaïque (EPIA) sur les « Perspectives du marché mondial du photovoltaïque jusqu’en 2016 » montre une croissance du secteur en 2011. Malgré la crise économique et la difficile phase de consolidation du photovoltaïque, cette croissance, prévue jusqu’en 2016, a de quoi stimuler le secteur des énergies renouvelables.

L’étude de l’EPIA vise essentiellement les principaux marchés européens et mondiaux. Les données à l’origine de ces prévisions sur 5 ans proviennent « des membres de l’industrie photovoltaïque, des associations nationales de l’énergie solaire, des organismes gouvernementaux et des compagnies d’électricité effectuant les raccordements au réseau des installations photovoltaïques. »

27,7 GW en 2011

Selon le rapport, l’utilisation mondiale de l’énergie solaire photovoltaïque est en 3e position après l’énergie hydraulique et éolienne. Autre constat encourageant, l’Italie a détrôné l’Allemagne fin 2011 avec un parc photovoltaïque de 9,3 GW raccordés contre 7,3. À eux seuls, ils ont cumulé 60% de la croissance du marché mondiale. En Europe, la progression est également probante avec 21,9 GW de panneaux photovoltaïque raccordés contre 13,4 GW en 2010, soit 75% de nouvelle capacité à l’échelle mondiale.

Selon l’EPIA, 27,7 GW de panneaux solaires photovoltaïques ont été raccordés en 2011 à travers le monde, soit 16,8 GW de plus qu’en 2010. En matière de panneaux photovoltaïques installés (et donc non raccordés), la Chine devance largement les États-Unis avec 2,2 GW contre 1,9 GW. Des résultats probants qui ne peuvent que stimuler ce secteur qu’on dit pourtant empêtré dans la « crise du solaire ».