Le leader mondial du photovoltaïque licencie un tiers de son effectif

Le constructeur américain de panneaux solaires First Solar a rendu public mardi 17 avril un plan de restructuration. Près de 2000 emplois vont être supprimés, et l’usine située à Francfort fermée.

La crise des entreprises du secteur solaire se poursuit. Après les faillites des américains SunPower et Evergreen, les allemands Q-Cells et Solon, l’italien Solardays, c’est au tour du leader de la production de panneaux photovoltaïque d’annoncer une forte restructuration de ses effectifs.

Le groupe déplore des conditions ‘dégradées’ en Europe, avec notamment la fin d’importants subsides en Allemagne, mais aussi et surtout la baisse des tarifs de rachat de l’électricité photovoltaïque : moins 30 % en Allemagne, et bientôt moins 50 % en Grande-Bretagne. L’avènement et l’installation des producteurs de panneaux photovoltaïques chinois n’est également pas étrangère à la chute d’activité des sociétés occidentales.

Réduction des coûts

120 millions de dollars. C’est ce qu’espère économiser First Solar avec ces coupes franches dans l’organigramme. Toutefois, ce plan va occasionner des charges estimées entre 245 et 370 millions de dollars.

Le PDG Mike Ahearn l’affirme : cette annonce est avant tout une nécessité sur le long terme pour une société dont l’action a chuté de 85 % au cours de la dernière année.

Nouveaux territoires

Pour remédier à cette crise européenne du panneau solaire, Mike Ahearn compte explorer de nouveaux marchés. En particulier l’Asie, où First Solar « peut espérer une forte croissance dans les prochaines années ».

Difficile à accepter pour les salariés de l’entreprise, cette annonce a en tout cas séduit les marchés : le cours de l’action First Solar s’est envolé de 10,28 %.